Laboratoire des Interactions Moléculaires et Réactivité Chimique et Photochimique
UMR 5623

Seminar by Sylvia Becerra / Géosciences Environnement Toulouse - OMP

Monday 20th of March 2017 - 2pm - Maroni room / MHT

She will talk about : La contamination environnementale, le sociologue et le chimiste. L’exemple du programme interdisciplinaire ANR MONOIL

La qualité de l’environnement est actuellement reconnue comme un des déterminants de la santé mais aussi du bien-être social des populations. On classe généralement les contaminants de l’environnement en fonction de leur impact sur la santé et des risques sanitaires potentiels qu’ils sont susceptibles d’engendrer, en oubliant souvent d’autres types de risques notamment sociaux (conflits, isolement, inégalités, identité etc.) et économiques (biens de subsistance, emploi).

Une évaluation scientifique intégrale des risques associés aux contaminations environnementales est très complexe. Cette évaluation, comme toute démarche combinant des facteurs biophysiques, sociétaux, médicaux, nécessite une combinaison circonstanciée de plusieurs disciplines ; très vite apparaissent des questions de concepts, d’approches et donc de méthodologies, de lacunes de connaissances et de fortes incertitudes. Comment et sur quels critères une démarche scientifique d’évaluation est construite ou en tout cas explicitée ? Comment intégrer les différentes connaissances disciplinaires sans trop simplifier leurs résultats? Ces questions n’ont pas de réponse simple et ces travaux aux interfaces rencontrent souvent des obstacles car ils invitent à faire bouger les frontières académiques (notamment en termes de reconnaissance des parcours ou des publications scientifiques) et celles existant entre le monde de la science et celui de l’opérationnel dont les enjeux et les temporalités sont différents.

Elle prend ici l’exemple du programme ANR MONOIL sur les impacts des contaminations pétrolières sur l’environnement la santé et la société pour voir quelle est l’approche sociologique de cette question, et comment sociologues et chimistes (et d’autres !) peuvent s’entendre pour comprendre les risques associés à ces contaminations, avec quelles contraintes et quelles solutions possibles.

To read more about

 

2017 IMRCP